ACTUS

18ème conférence du LFG : Les diamants du Brésil – histoire et impact dans la joaillerie

Le mercredi 12 décembre 2018, la 18ème conférence organisée par le Laboratoire Français de Gemmologie (LFG) a eu de nouveau un large succès. La salle était comble pour la venue de Rui Galopim de Carvalho et d’Emmanuel Fritsch.

La conférence a débuté par un mot de la Présidente du LFG, Bernadette Pinet Cuoq qui a présenté les différents intervenants en remerciant particulièrement Rui Galopim de Carvalho de sa présence.

En préambule de la conférence sur les diamants du Brésil, Aurélien Delaunay, directeur du LFG, a présenté les Gem’Actus du LFG. Le LFG s’est doté de nouveaux appareils dont des spectromètres portables et un nouveau dispositif photographique. De nombreux projets ont été développés comme  la refonte du site internet, la présence accrue sur les salons et la démarche qualité ISO. Des diamants de type IIa avec des luminescences exceptionnelles ont été décrits. Une imitation de quartz enrobée d’un polymère parsemé de pyrite a aussi été détectée. Une inclusion de chabazite dans une opale d’Ethiopie a été découverte pour la première fois. Un saphir avec une zonation de couleur très intéressante a aussi été décrit.

Pour la dernière conférence de l’année, les diamants du Brésil ont été mis à l’honneur. Rui Galopim de Carvalho, gemmologue portugais, présenta les diamants du Brésil de leur découverte en 1725 dans des gisements secondaires, sédimentaires (Arraial do Tejuco, Minas Gerais) jusqu’à leur exploitation actuelle en gisement primaire dans le pipe kimberlitique de Braúna dans l’état de Bahia. La production annuelle de diamants au Brésil est en progression depuis quelques années (255 000 ct environ en 2017), mais reste cependant bien inférieure aux productions plus anciennes. Les gisements brésiliens ont produit de très beaux et historiques diamants (Paragon, President Vargas…) et diamants de couleur (Etoile du Sud, Moussaieff red, Hancock red…). La joaillerie avant la découverte des diamants brésiliens au 18ème siècle était principalement basée sur le travail du métal. Dès que les diamants du Brésil ont été découverts, la tendance s’est inversée et le métal est devenu secondaire par rapport aux pierres.

Le discours très intéressant et dynamique de Rui Galopim da Carvalho a permis de se rendre compte de l’impact que pouvait avoir la découverte d’un gisement sur les modes joaillières. Il a été suivi ensuite par la présentation du livre Mogok écrit par un collectif de gemmologues et reporters dont le Prof. Emmanuel Fritsch, conseiller scientifique du LFG.

La conférence s’est ensuite terminée par les dédicaces du livre Mogok par Emmanuel Fritsch et par un moment convivial.

NOUS CONTACTER :

contact-laboratoire@bjop.fr
01 40 26 25 45
30, rue Notre-Dame des Victoires - 75002 Paris
Lun-Jeu : 9H30 à 16H30
Vendredi: 9h30 à 15h30
Retraits aux mêmes jours et heures

Share This