FR | EN

NOS ACTUS – CONFERENCES

Conférence LFG – Juillet 2019

Le mercredi 3 juillet 2019, la 20ème conférence organisée par le Laboratoire Français de Gemmologie (LFG) a rencontré un joli succès avec un thème tout à fait étonnant, présenté par Martine Philippe : les dislocations dissoutes dans les gemmes.

La soirée a été ouverte par le directeur du LFG, Aurélien Delaunay, présentant avec Annabelle Herreweghe et Sophie Leblan, gemmologues au laboratoire, les Gem’Actus du LFG.

Le laboratoire fait partie depuis le mois de mai 2019 de la Gem Alliance qui regroupe plusieurs laboratoires à travers le monde (GGTL Suisse – GGTL Liechtenstein – AIGS Bangkok – JGGL Japon – Institut des matériaux de Nantes France). Le but de ce groupement est d’échanger sur les procédures, de partager les bibliographies pour faire avancer la recherche ainsi que de discuter des cas complexes. La première rencontre de la Gem Alliance a eu lieu à l’occasion du salon Gem Genève 2019, auquel participait pour la première fois le LFG.

Dans une optique de renforcement de son expertise ainsi que pour la formation des futurs gemmologues, le LFG s’est doté d’un master set de référence pour l’analyse des opales (9 plateaux de 216 échantillons) permettant de grader la couleur de masse ; de décrire la couleur, la forme et la répartition des jeux de couleurs ; et de déterminer l’origine.

De plus, une nouvelle procédure de gradation de la couleur d’un matériau gemme a été mise en place au 1er juillet 2019. Elle précise les nuances et adjectifs descriptifs de la couleur en fonction de la saturation et la luminance (ou clarté) d’après le « World of Color » de Gemworld, ainsi que du logiciel GemeWizard . Un équivalent a été créé pour les perles, grâce à un set conçu en collaboration avec M. Boite. Aujourd’hui la gradation de la couleur des perles tiendra compte des nuances et le lustre sera aussi précisé sur les rapports d’analyse.

Le LFG, suite à ses nouvelles procédures, intègre ces critères dans une nouvelle mise en page des rapports d’analyses : description et qualificatifs de la couleur des pierres de couleurs et perles ; indication des appareils scientifiques par lesquels vos pierres sont analysées.

Il nous a ensuite été présenté quelques exemples de pierres inhabituelles ou exceptionnelles reçues au laboratoire : une imposante émeraude synthétique hydrothermale montée sur bague, un rubis synthétique Verneuil brut à la forme inaccoutumée, une quartzite traitée pouvant imiter un rubis, une belle alexandrite naturelle de 8.32 ct et une perle à structure complexe.

Le LFG a aussi eu la grande fierté de dévoiler sa première vidéo de présentation. Elle sera prochainement en ligne sur une chaîne Youtube consacrée au laboratoire. Trois autres vidéos spécialisées par département (diamants, pierres de couleur et perles) suivront d’ici la fin de l’année.

Le laboratoire a ensuite eu l’honneur de recevoir Martine Philippe ; figure emblématique de la gemmologie, ancienne professeur à l’ING Paris et diplômée du DUG de Nantes, pour présenter des inclusions déconcertantes : les dislocations dissoutes.

Les dislocations sont des déformations linéaires dans un monocristal, provoquées par des contraintes mécaniques. Elles correspondent à un glissement et un déplacement de plans atomiques dans le cristal. Désordonnées, indifférentes du système cristallin des gemmes dans lesquels elles apparaissent, leur présence est difficile à expliquer avec les connaissances actuelles.

Notre conférencière nous a présenté, grâce à son incroyable bibliothèque de photos, les différentes structures possibles des dislocations : la dislocation plan, la dislocation vis et la plus courante la mixte. Ainsi elles se présentent dans les gemmes sous la forme de tube droit, courbe ou anguleux ; avec une section ronde et/ou polygonale (carrée dans une gemme du système cubique) et une extrémité souvent pointue. Elles peuvent aussi se présenter sous forme de plaques épaisses et parallèles ; fines et irisées ; en lattes coudées ; en cristaux négatifs ; en « racines » tortueuses ; parfois de plusieurs types dans la même pierre ! Ces dislocations sont par ailleurs des zones propices à la dissolution créant ces inclusions inhabituelles.

Des photos très précises de ces inclusions nous ont été présentées : spinelles, béryls, topazes, zircons, spodumènes, danburites, sinhalites, grenats, topazes, diamants… toutes les gemmes sont concernées !

Martine Philippe a clôturé sa conférence en ouvrant sur ses conclusions scientifiques à compléter. De belles pistes de recherches pour les années à venir !

Un apéritif convivial a été proposé pour prolonger agréablement la conférence.

NOUS CONTACTER :

contact@lfg.paris
01 40 26 25 45
30, rue Notre-Dame des Victoires - 75002 Paris
Lun-Jeu : 9H30 à 17h
Vendredi: 9h30 à 16h30
Retraits aux mêmes jours et heures

Share This